Mon programme minceur : pourquoi prend-on du poids ?

A chaque printemps c’est la même chose : les médias s’emparent du sujet de la perte de poids et nous abreuvent de tellement de recettes, astuces, régimes tous plus miraculeux les uns que les autres que nous ne savons plus quoi penser ! Mais attention : si certains régimes s’avèrent efficaces à court terme, ils engendrent aussi des frustrations alimentaires et mentales importantes, voire des échecs (l’effet yoyo) qui se traduiront par une reprise de poids importante. 

Votre objectif de mincir doit être harmonieux, avec le moindre impact sur votre physiologie et votre alimentation. D’abord, prenez en compte votre morphologie, votre santé, votre mode de vie, et votre objectif de perte de poids :  si vous vous sentez « en surcharge pondérale », fixez votre poids idéal, celui auquel vous vous sentez le mieux d’un point de vue physique et mental.

La prise de poids, comment ça fonctionne ?

Le stockage des graisses sous la peau est un phénomène normal

 Les cellules graisseuses de l'hypoderme appelées, adipocytes, sont spécialisées dans la mise en réserve de graisses. L'organisme puise son énergie d'abord dans les glucides puis, il fait appel aux  réserves de graisses contenues dans le gras corporel. 

Par des mécanismes métaboliques,  le corps transforme les graisses en acide gras qui passent dans le sang et sont véhiculés jusqu'aux cellules qui en ont besoin. C'est là que les graisses sont brûlées en libérant alors de l’énergie.

Divers facteurs se conjuguent dans l'organisme pour aboutir à la prise de poids

- Les mauvaises associations alimentaires

Au cours d'un même repas, vous consommez divers nutriments qui apporteront protéines, lipides, glucides, vitamines, minéraux et fibres. Certaines catégories d'aliments, consommées ensemble au cours d’un même repas favorisent la prise de poids par perturbation du métabolisme et ralentissement des fonctions d’assimilation. Un régime très efficace, sans rien à calculer et sans risque de carence existe ; on l'appelle le régime des "associations alimentaires ».

- Les bons et les mauvais glucides

Le contenu nutritionnel des glucides consommés influence sur la prise de poids. Il convient de distinguer les glucides susceptibles de provoquer une élévation importante du taux de glucose sanguin et ceux qui n'en provoquent pas, ou seulement une modérée. On mesure cette élévation par "l'index glycémique".

Plus cet index est élevé, plus l'aliment en question risque de provoquer la prise de poids. Parmi les  aliments à index glycémique élevé dit "mauvais glucides" : les sucres purs et les sucreries (même le miel), le pain blanc, les confitures, pâtes et riz blancs, pommes de terre.

Plus l'index glycémique est modéré, plus l'aliment favorise l'équilibre et la minceur. Parmi les aliments à index glycémique bas dit "bons glucides" : flocons d'avoine, céréales complètes, pain complet, légumineuses (lentilles, haricots, pois), et les aliments contenant des fibres (légumes verts, fruits).

 - Le fonctionnement hormonal chez la femme

L'influence hormonale (les œstrogènes) est déterminante, de sorte que la puberté, la grossesse et la ménopause représentent chez la femme des périodes plus particulièrement propices au développement d'une surcharge graisseuse locale plus communément appelée "peau d'orange".


La prise de poids éphémère occasionnée par le syndrome prémenstruel en période de puberté et la prise poids durable de la ménopause, s'expliquent par l'augmentation de la taille des cellules adipeuses stockant l'énergie et piégeant l'eau dans le corps de la femme.


Chez certaines femmes prédisposées, le peu de graisse que chaque femme accumule sur le ventre et les cuisses avant chaque cycle n'est pas brûlée ; le surplus de gras s'accumule de mois en mois, s'épaissit, la peau se déforme et apparaît comme gaufrée . Cet amas graisseux qui se concentre sur les cuisses, les fesses et le ventre, prend l'aspect d'une peau irrégulière, gonflée, engorgée et inesthétique.

Le phénomène s'accentue à la période de la ménopause par effondrement des hormones (progestérones et oestrogènes).

- Les excès de graisses mal répartis

Même en cas de surpoids, jamais la masse grasse ne s'introduira dans un organe ou un muscle. Si l'on grossit beaucoup, la graisse augmente, les lipides sont mis en réserve et vont principalement s'installer sous la peau aux endroits non désirés. L'excès de poids se localise, suivant le terrain de la personne, au-dessous de la taille, aux fesses, aux cuisses, au ventre (type gynoïde) ou bien au-dessus de la ceinture, sur l'abdomen "la brioche", le thorax, le cou, le visage (type androïde).

Les facteurs alimentaires

Une nourriture trop riche (excès de sucre, mauvaises graisses, alcool) favorise la synthèse et le stockage des graisses. De même, une ration d'eau journalière insuffisante empêche la bonne élimination des résidus et déchets métaboliques et favorise le surpoids et l'apparition de la peau d'orange. Cette peau d'orange très caractéristique se manifeste par un engorgement localisé du tissu adipeux, avec stagnation de l'eau entre les cellules, accumulation des déchets dans les cellules, circulation veineuse et lymphatique ralenties, mauvaise oxygénation et nutrition des tissus.

On retrouve les mauvaises graisses dans les graisses saturées notamment dans les fromages, les viandes grasses, l’huile de palme.  Elles sont difficiles à brûler et  se stockent dans le tissu adipeux en favorisant  le surpoids. 

Si ces graisses saturées sont indispensables à la santé (production d’hormones etc), il faut en limiter sérieusement la consommation et perdre du poids rapidement et de façon efficace.

D'autres mauvaises graisses plus néfastes encore que les graisses saturées ce sont les" acides gras trans" que l'on retrouve dans toutes les préparations industrielles comme les gâteaux bien croquants, les margarines,  les biscottes bien dorées et croustillantes… Le procédé de fabrication remonte à 1902 où un chimiste allemand invente « l’hydrogénation partielle », une fabrication qui permet de modifier des huiles liquides en matières grasses solides . Il est en résulte qu'une consommation régulière de "ces acides gras trans" favorise la prise de poids et encrasse le système cardiovasculaire.

Les facteurs circulatoires

Le stockage des graisses  avec formation de la "peau d'orange" peut résulter d'une mauvaise circulation du sang.