.

Manger cru ou manger cuit ?

 
Si vous vous intéressez à la nutrition vous avez du voir sur les réseaux sociaux mais aussi dans les librairies une tendance pour le cru, appelé RAW en anglais.
En tant que naturopathe nous avons une tendance à encourager à manger plus de cru.
J’ai personnellement également testé de manger environ 80% de ma ration en cru, et j’ai fait cela durant une année complète. Cela correspondait avec mon achat d’un extracteur de jus de légumes...
 
D’un autre coté, si vous vous intéressez à la nutrition vous avez du aussi remarquer qu’il est conseillé de manger du cuit... Et si vous aimez la médecine chinoise (MTC), vous savez alors qu’il est vivement conseillé de manger cuit...voire 100% cuit...
J’ai mon conjoint qui est Taiwanai et qui de fait à l’habitude de manger cuit....tout cuit. C’est dans ses traditions, et aussi dans son tempérament physique. J’ai eu l’occasion également de parler de manger cru ou manger cuit avec des connaissances thérapeutes en médecine chinoise, et autant le dire de suite, cela s’approche de l’aberration que de manger cru, encore plus en automne et en hiver....
 
Alors que faire ?
 

Manger du cru:

Nous savons que dans les aliments crus nous avons plus de vitamines et des enzymes, car dès 40°C les enzymes meurent et les vitamines commencent à disparaitre. Nous avons besoin de vitamines, et c’est d’ailleurs tout le sens du mot VITAmine, ce qui veut dire “indispensable à la vie”. Nous avons aussi besoin d’enzymes, qui sont des facilitateurs de nos milliards de réactions chimiques.

 
Nous savons aussi que lorsque nous commençons un repas avec du cuit, notre corps semble se sentir agressé. En effet il déclenche une fabrication de leucocytes (globules blancs) et cette leucocytose indique que le corps prend cet arrivée d’aliments cuits comme potentiellement “un ennemi”. Biensur, il n’est pas sain de pousser l’organisme à rentrer dans ses réactions. Mais reconnaissons le, les asiatiques qui mangent cuit dès le premier plat ne sont ni plus ni moins malades que nous et ne vivent pas moins vieux que nous....
 
Manger cru en été lorsqu’il fait chaud semble une évidence et nous pouvons même affirmer que notre corps nous le réclame. Difficile de manger tout cuit et chaud quand il fait 30 ou 40°C. Nous avons alors envie de fraicheur, d’aliments croquants, juteux et frais.
 
En revanche, quand il fait froid et humide...on ne peut pas dire que spontanément nous avons envie de manger des salades midi et soir...Notre corps réclame naturellement du chaud et du consistant.
 

Manger cuit:

Nos anciens avaient l’habitude de cuisiner durant la saison froide et humide des soupes et des potées. Des plats qu’ils laissaient sur le feu durant très longtemps. Je me souviens que ma grand mère laissait sur son poêle à bois sa soupe aux choux du matin jusqu’au soir...inutile de vous dire que sa soupe était délicieuse, riche en arômes et hautement réchauffante.
En médecine chinoise il est ainsi conseillé durant cette période froide où le corps doit combattre pour garder sa température interne à 37.2°C, de manger chaud et de cuire longuement certains plats. Cuire ainsi longuement permet de faire rentrer la chaleur en profondeur dans l’aliment et le rendre ainsi très yang.  De plus, en mangeant ainsi chaud, cela permet de soutenir ce que l’on appelle “le feu digestif”, c’est à dire notre capacité à bien digérer. Vous avez d’ailleurs dans cette esprit, sans doute fait l’expérience, de manger une glace ou de boire une boisson froide sur un ventre plein et de voir votre digestion être interrompue avec la sensation que les aliments “restent sur le ventre”.
Dans la même idée il est souvent conseillé de finir son repas par une petite boisson chaude qui aura un effet digestif. (pas trop de liquide non plus pour ne pas noyer les sucs digestifs). En contre partie on comprend que si on mange cru quand il fait froid, notre corps va devoir dépenser de l’énergie pour “réchauffer et digérer” les aliments...
 
Il est dit également que lorsque nous mangeons cru/froid en saison froide, nous forçons notre corps à accumuler du froid et de l’humidité en lui...et que lorsque reviendra la belle saison il sortira cette humidité et ce froid.
Je vais être franc avec vous, c’est absolument ce que j’ai vécu durant l’année où j’ai mangé 80% de cru durant toute l’année. Quand est venu les beaux jours, je suis rentré dans une phase d’élimination intense, je n’ai fait que couler du nez durant plus d’un mois. J’avais une rhinite, un rhume des foins, un rhume quoi.... Ce qui rentre doit sortir. De plus, j’avais constaté que durant l’hiver j’avais perdu beaucoup de poids, et cela est compréhensible. Quand votre corps doit combattre le froid il brûle plus de calories. Quand en plus vous le gardez froid à l’intérieur par vos aliments, vous brûlez encore plus.
 

Mon conseil

En automne hiver, mangez du cru et mangez du cuit. Variez les quantités en tenant compte de votre personnalité. Je m’explique. Personnellement je mange cru le matin avec des graines, noix, amandes, bananes, pommes et je fais suivre d’une tisane chaude. A midi je mange cuit. Dans l’après midi je mange un ou deux fruits crus et je prends une tisane chaude. Le soir j’ai besoin de manger une belle salade (salade verte, roquettes, endives, tomates séchées...) que j’accompagne souvent d’une soupe miso ou d’un plat chaud végétarien. S’il fait vraiment froid et humide...je peux diminuer drastiquement ma ration de cru et augmenter le cuit... je m’écoute.
Voici pourquoi je mange cette salade cru le soir:
  • 1/ Parce que j’en ressens le besoin
  • 2/ Je sais que l’hiver, je suis “plus fragile” et que je dois manger plus simplement pour ne pas “m’encrasser” et “m’alourdir”.
 
Mon conjoint, lui, mange maintenant des salades en été...mais il lui est impossible de manger du cru quand il fait froid. C’est dans son tempérament, dans son métabolisme. Lorsqu’il mange du cru en hiver il ressent le froid dans tout son corps. Et pour tout vous dire, même la vue de ma salade crue le soir le refroidi. Il lui arriver cependant de manger un cru chaud...c'est ce que permet le wok. Vous coupez vos aliments en petits morceaux, vous chauffer très fort votre wok, vous jetez vos aliments dans cette huile chaude, vous remuez vite, puis vous ajoutez un peu d'eau ce qui va générer beaucoup de vapeur, vous remuez et vous servez. c'est chaud mais cru à l'intérieur...
 
Aussi, je vous recommande d’écouter votre corps et non votre tête. Il est parfois intellectuellement agréable de manger cru...pour être en accord avec ses lectures et ses croyances, mais si on garde à l’esprit que nous sommes un corps et pas simplement une tête, il est bien aussi d’écouter le corps... Le pire selon moi est d’être dogmatique. Faire encore et encore quelque chose pour le plaisir de l’esprit alors que le corps dit stop. La sagesse est d’écouter son corps, ses 70.000 milliards de cellules. Il y à des jours où l’on peut avoir envie de plus de cru, comme des jours de plus de cuit...c’est ainsi.  Soyez souple et doux avec vous même.