Mon corps veut du gras !

Manger light ? Manger gras ?

Durant des années le gras a été montré du doigt ; il était le mal absolu, celui qui fait grossir et qui crée des maladies cardiovasculaires mortelles… Le résultat est que nous avons remplacé progressivement les graisses par du sucre avec les conséquences bien connues : prise de poids, diabète et maladies cardiovasculaires… Il est temps d’y voir plus clair !

Des cellules et des graisses

Votre corps est une communauté d’environ 30.000 milliards de cellules et de fait votre santé générale est directement reliée à la santé de celles-ci.

Toutes ces cellules vivent et travaillent de concert pour assurer la vie, s’adapter sans cesse aux conditions changeantes…

Nos cellules se doivent d’être réactives pour communiquer rapidement et efficacement entre elles.

Il se trouve justement que la membrane de nos cellules est constituée de graisse dont la nature détermine la qualité des échanges dans tout l’organisme. Elle influencera par exemple notre vivacité d’esprit, notre mémoire ou encore notre communication ou notre capacité à nous exprimer.

Une graisse corporelle de bonne qualité entretien la capacité des cellules à s’adapter et à modifier leur morphologie comme dans le cas de leur circulation dans le tissu sanguin.

.

Les graisses : une composante majeure de la santé

Notre corps est une véritable « usine » à molécules chimiques indispensables à la vie.

Sans cette création incessante de molécules adaptées à chacun de nos besoins, notre santé décroît, notre vitalité s’éteint progressivement… jusqu’à la mort de notre corps.

Ces molécules vitales issues de la graisse sont les lipides.

Ils constituent la matière grasse des êtres vivants. Ce sont des molécules hydrophobes ou amphiphiles (i.e. : molécules hydrophobes possédant un domaine hydrophile) très diversifiées, comprenant entre autres les graisses, les cires, les stérols, les vitamines liposolubles, les mono-, di- et triglycérides, ou encore les phospholipides.

.

Quelques fonctions vitales des lipides :

- Créer des médiateurs chimiques nécessaires à la conduction nerveuse
- Equilibrer et renforcer l’immunité
- Réguler la réponse inflammatoire
- La synthèse d’hormones stéroïdiennes comme la testostérone, les œstrogènes, le cortisol…
- La synthèse de la vitamine D, une « quasi hormone » Voir l’article dédié à la vitamine D
- Apporter de l’énergie. 1 gr apporte 9 calories contre 4 pour les glucides ou les protéines
- Le transport et l’utilisation des vitamines liposolubles A, D, E, K
- Le transport et l’utilisation des antioxydants présents dans nos aliments, comme le lycopène de la tomate qui a une action sur la prostate, la protection de notre ADN en lien avec le soleil…
Soutenir la neurogenèse
- Protéger notre corps du froid

-        - Stocker efficacement les calories excédentaires que le corps ne peut utiliser : 1 kg de graisse corporelle permet de stocker 9000 calories. Si nous devions stocker ces 9000 calories sous forme de glucides ou de protéines, il nous faudrait supporter 2.5 kg de masse corporelle supplémentaire. Ainsi, 10kg de graisse corporelle évite pour les articulations de devoir porter 25kg de calories excédentaires sous forme de glucides.

- Vous le voyez, manger des graisses n’est pas une option mais une nécessité si vous souhaitez maintenir votre bonne santé ; encore faut-il se nourrir de bonnes graisses et apprendre à éviter les mauvaises tout en maîtrisant les apports lipidiques.

.

Mieux connaître les graisses alimentaires

Les graisses (lipides) peuvent provenir des animaux comme des végétaux. Naturellement les lipides seront de nature différente :


-        Les graisses saturées, nous les trouvons dans la viande des animaux terrestres et dans le lait donc dans les fromages, la crème et le beurre. Dans le règne végétal, ces graisses saturées seront apportées par les huiles tropicales comme l’huile de palme et l’huile de coco. Parmi ces graisses saturées, on trouve les graisses MCT (médium chain triglycéride) de l’huile de coco. Ce sont des graisses à assimilation simplifiée et rapide, apportant rapidement de l’énergie pour le corps et l’esprit, ayant de nombreux bienfaits sur le métabolisme des graisses, la mémoire, l’immunité, la régulation de la perméabilité membranaire de l’intestin…

-        Les graisses mono-insaturées (oméga 9) que l’on trouve dans l’avocat et la fameuse huile d’olive. Les Oméga 9 sont excellents à la santé, en particulier celle du cœur, et supportent la cuisson. Vive l’alimentation méditerranéenne et ses bienfaits !

-        Les graisses poly-insaturées (oméga 3 et 6). Oméga 3 et oméga 6 sont complémentaires bien que soutenant des mécanismes antagonistes dans l’organisme. Les 6 favorisent les processus inflammatoires alors que les 3 les régulent. Il est facile alors de comprendre qu’il faut maitriser l’apport de ces oméga 3 et 6 et obtenir l’équilibre suivant : 1 maximum de 4 fois plus d’oméga 6 que d’oméga 3. Comment faire ? En consommant des huiles des colza, de chanvre, de lin et en évitant les huiles de tournesol, pépins de raisins, carthame, maïs, arachide… qui peuvent contenir 70 fois plus d’oméga 6 que d’oméga 3…

Découvrez Veg Angel riche en graisses oméga 3


-        Les graisses hydrogénées. Pures créations industrielles, elles ne sont pas nécessaires et peuvent générer des problèmes.

.

En conclusion

Aucune graisse n’est à supprimer de notre alimentation.

En revanche, nous devons veiller à des apports équilibrés, tant pour les quantités que pour la sélection de bonnes graisses compatibles à la santé de chacun :

 - Un peu de graisses saturées en veillant toutefois à limiter la viande, les charcuteries, le fromage et le beurre.
 - Un peu d’huile d’olive (cuisson par exemple), quelques avocats dans la semaine
- Un peu d’huile de colza par exemple pour toutes les salades (l’huile de colza a le rapport idéal oméga3/6)
- Un peu d’huile de coco (cuisson, tartine)
- Un peu de poisson gras pour les omnivores (oméga 3)
- Evitez les aliments transformés contenant des graisses hydrogénées
- Evitez de consommer des fritures
- Compensez rapidement chaque excès par un excès inverse. Par exemple, si vous mangez une pizza, fondue, raclette, tartiflette, frites… accompagnez-les d’une salade.
- Les deux repas suivants, évitez l’apport d’aliments gras.
- Mettez au repos votre foie et votre vésicule.
- Mangez des fruits, des légumes, des céréales, des légumineuses : votre organisme possède la faculté de s’adapter et de réguler ses fonctions internes ; aidez-le !

Produits associés

Félicitation, un bon de réduction d'une valeur de 1€ vient de vous être accordé.
Code :