5 aliments accessibles pour une immunité forte !

Vous avez tous dû lire déjà cette phrase que l’on attribue à Hippocrate « Que ton aliment soit ton médicament ».

Même si depuis toujours l’homme a cherché à utiliser les plantes (phytothérapie) (médecine Ayurvédique il y a déjà 5000 ans), la nutrition a toujours été sa première « arme » et moyen pour s’assurer la meilleure des santés possibles. Là encore, les médecines Ayurvédiques ou chinoises sont très poussées en termes de nutrition.

Donc, ce que vous mangez peut vraiment faire une différence en termes de santé, de vitalité et c’est ce qui nous intéresse en cette période de Covid-19, d’immunité. Nous savons tous que des milliers de personnes peuvent être positives au Covid-19 sans pour autant développer de symptômes sévères, voire zéro symptôme. Ce virus nous permet au moins de prendre conscience de l’importance d’un système immunitaire fort…

Je souhaite donc vous partager ici quelques aliments que je consomme chaque jour et qui boostent naturellement l’immunité. Ce sont des aliments qu’il est facile de trouver, peu chers et délicieux. Gardez à l’esprit que tous les vrais aliments que la nature offre, lorsque mangés en l’état, sont bons pour la santé et donc l’immunité. Cependant sur le lot, certains auront une action plus marquée sur l’immunité, comme d’autres sur la digestion, sur la protection anti-oxydante. C’est donc pour cela qu’une alimentation naturelle et variée répond globalement à l’ensemble de nos besoins.

Aujourd’hui comme nous avons besoin de booster notre immunité, nous allons faire attention à plus manger ces aliments, et nous le ferons chaque hiver, corona ou pas…et nous les consommerons régulièrement tout au long de l’année

.

1/ L’ail

Une des plus anciennes plantes utilisées, connue depuis l’antiquité. Déjà les Egyptiens donnaient une ration quotidienne d’ail aux esclaves afin d’augmenter la force et l’endurance. Les athlètes Grecs utilisaient l’ail pour les mêmes bienfaits et les guerriers avant de partir aux combats. Puis les croisés ont fait voyager l’ail jusqu’en Europe. Depuis il est connu ici pour ses vertus sur la santé, la force etc…

Tout le monde sait qu’en manger donne une haleine forte et une transpiration qui peut aussi être particulière. C’est justement les principes actifs de l’ail qui passant dans les poumons donnent cette haleine spéciale.

Il existe plus de 30 variétés d’ail dans le monde dont l’ail blanc, l’ail rose, l’ail violet. La saveur de l’ail n’apparaît que lorsqu’il est coupé, écrasé ou haché. Ainsi l’ail libère les substances qui deviennent activent avec l’air. Plus nous le coupons finement et plus sa saveur est prononcée.

L’ail doit éviter de se faire frire car il prend un goût âcre qui se transmet aux aliments. L’ail se garde à l’air libre, et c’est une mauvaise idée de le réfrigérer car il transmet son odeur aux aliments. Il est possible de le congeler, en enlevant avant cela sa peau.

L’ail contient environ 59% d’eau, un peu de glucides et très peu de lipides, glucides ou fibres, de fait il est très peu calorique. L’ail contient de l’huile essentielle (alliine, allinase, allicine), du sélénium et des vitamines A, B, C et E.

Les principaux effets de l’ail sont :

Antibiotique

Expectorant

Active la transpiration

Hypotenseur

Réduit les caillots sanguins

Hypoglycémiant

Vermifuge

Depuis les années 80, tant en Allemagne qu'au Japon ou USA des études sont menées pour déterminer son effet antibiotique, sans que la réponse ne soit encore trouvée. On sait cependant que l’huile essentielle allicine est très antibiotique (substance naturelle ou synthétique qui détruit ou bloque la croissance des bactéries.) et antiseptique (interrompre ou prévenir le développement de bactéries ou d'autres micro-organismes.) Avant l’arrivée des antibiotiques, l’ail était utilisé pour le traitement d’un grand nombre de maladies : tuberculose, typhoïde, panser les blessures de guerre… L’ail est ainsi traditionnellement utilisé pour les infections bronchiques, rhumes, grippes et otites.

C’est bien parce que le principe actif de l’ail donne mauvaise haleine, que l’ail est utilisé pour les poumons et bronches. C’est donc une excellente idée d’en consommer un peu plus chaque jour afin de renforcer sa santé, rendre le corps plus fort et l’immunité plus efficace. Il est facile d’en ajouter à une salade, quelques gousses en cuisant les légumes, dans la soupe…il est préférable d’utiliser des gousses fraiches, mais on peut aussi, en plus utiliser de l’ail en poudre à ajouter à ses préparations. Essayez 3-4 gousses par jour…

Personnellement j’aime bien le Houmous et cela est simple et économique à préparer : Pois chiches (en boite par exemple), que l’on passe au mixer avec des gousses d’ail, du jus de citron, de l’huile de votre choix (olive, colza, lin, coco…) et si vous avez une purée de sésame, de cacahouète en ajouter un peu est délicieux…et des aromates au choix (basilic, coriandre, cumin…) et enfin du sel aux choix (sauce soja, umébosis, sel). L’idéal est de laisser reposer cela 12h ou plus avant de consommer afin que les saveurs se renforcent. Le houmous est délicieux avec du pain grillé ou frais, des galettes de seigle (type vasa), avec des légumes crus que l’on trempe dedans….

Astuce : Si vous avez du Veg Angel vous pouvez en ajouter un peu lorsque vous mixez afin d’augmenter sa valeur nutritive en protéines végétales.

.

2/ L’oignon

De la même famille que l’ail, l’oignon est également connu et utilisé depuis les Egyptiens. L’oignon était même une offrande aux dieux et était déposé dans les tombes comme provision pour l’au-delà (Toutankhamon par exemple). Il était aussi le salaire des esclaves… C’est par l’intermédiaire de Christophe Colomb que l’oignon est en Europe. Il existe différentes variétés d’oignons, blanc, rouge, orange….

Il est possible de le consommer au stade précoce avec ses jeunes feuilles vertes ou à maturité. L’oignon se mange cru ou cuit. Comme pour l’ail ne pas conserver les oignons au réfrigérateur pour ne pas contaminer les autres aliments par son odeur. Eviter également de les conserver avec les pommes de terre, car ils peuvent absorber l’humidité de celles-ci et alors pourrir. Le congeler est possible mais il perd de son arôme.

L’oignon contient près de 90% d’eau, et pour 100 g 8.6 g de glucides, 1.6g de fibres et 1.2 g de protéines. Il contient aussi des vitamines B6 et B9, C et du potassium, du précieux sélénium, un antioxydant puissant et de la silice, un minéral bénéfique pour la peau, les cheveux, les ongles, les os…

L’oignon, surtout orange et violet, contient de la quercétine, un flavonoïde qui est un puissant antioxydant, donc protecteur de nos cellules face aux effets du vieillissement et du temps. La quercétine est aussi connue pour agir efficacement sur les processus allergiques et inflammatoires.

L’oignon est reconnu comme bénéfique pour prévenir et agir sur les maladies cardiovasculaires.

De nombreuses études montrent aussi les bienfaits de l’oignon sur la prévention d’un grand nombre de cancers (colon, larynx, ovaires, œsophage, cavité orale, estomac, cerveau et prostate).

L’oignon contient des composés sulfurés (donc de soufre) et tout comme l’ail ces composés se forment lorsqu’il est coupé. Bien que moins puissant sur le système immunitaire que l’ail, consommer de l’oignon à chaque repas, en association avec de l’ail est facile à réaliser, améliore la saveur des plats et apporte de nombreux bienfaits qui viennent s’ajouter à ceux de l’ail.

La santé doit toujours être vue avec une vision globale. La synergie des éléments et des aliments est toujours bien plus puissante que l’apport d’un seul ingrédient à dose massive. L’oignon est d’un coût financier faible et il serait dommage de s’en priver.

.

3/ Le gingembre

Originaire d’Asie, le gingembre pousse dans la plupart des pays tropicaux mais également dans les régions chaudes des climats tempérés. Ayant vécu au Costa Rica, c’est là-bas une plante d’ornement que l’on trouve dans les jardins et dont on vend les grandes fleurs rouges sur les marchés pour faire des bouquets. Cela fait des siècles que le gingembre est utilisé pour son arôme dans la cuisine et pour ses bienfaits sur la santé. Après les Chinois et les Indiens, les Grecs puis les Romains l’ont adopté il y a 2000 ans. Vers la fin du huitième siècle, les Européens le recherchaient activement pour ses vertus…aphrodisiaques.

Le gingembre peut se consommer de nombreuses façons : Frais et cuit dans les aliments, soit en rondelles pour donner du goût, soit coupé finement pour en plus le consommer. Il est possible d’en faire des tisanes en le faisant bouillir plusieurs minutes dans l’eau.

A Taiwan où j’ai ma seconde famille, on le consomme en décoction avec du sucre complet (décoction sucre complet + gingembre), comme nous utilisons ici le vin chaud aux épices, pour se réchauffer en période automne-hiver. On utilise cette même recette lorsque l’on souffre de refroidissement (mais pas de fièvre, puisque la fièvre est déjà de la chaleur).

On peut aussi le consommer sous forme de gingembre confît et de poudre que l’on ajoute aux plats que l’on cuisine. Le gingembre séché est encore plus réchauffant que le gingembre frais Son goût est frais-citronné-épicé. Il se marie très bien avec le lait de coco par exemple, mais aussi les légumes, les champignons…

Le gingembre est riche en potassium, et contient aussi du magnésium et du phosphore. Cependant le gingembre offre ses bienfaits par la présence d’huile essentielle (1 à 3%), oléorésine et le fameux Gingérol au principe amer et les shogools qui se forment lorsque le gingembre sèche.

Le gingembre est connu pour ses effets : 

Anti vomitif

Favorise l’expulsion des gaz

Stimule la circulation

Calme la toux

Anti-inflammatoire

Antiseptique

Le gingembre est très réputé pour agir efficacement sur les troubles digestifs : Indigestion, nausées, flatulences, coliques, mal des transports, infection gastro-intestinales (vertus antiseptiques).

Le gingembre est aussi utilisé pour améliorer la circulation du sang, notamment lorsque les extrémités sont mal irriguées, en améliorant la circulation dans les vaisseaux capillaires.

Le gingembre est traditionnellement utilisé pour soulager la toux et lors de rhumes, grippe et autres troubles respiratoires. Selon la médecine ayurvédique par exemple, il est important d’assécher l’humidité des poumons et du corps et cela se fait en réchauffant l’organisme, avec du gingembre notamment. En médecine chinoise, comme je vous l’ai dit plus haut, le gingembre frais est utilisé lors des refroidissements mais aussi de maux de tête et de douleurs musculaires et sec en cas de froid intérieur (mains froides, pouls faible, visage pâle).

Enfin le gingembre est de plus en plus utilisé pour les douleurs articulaires et musculaires.

Dans notre objectif d’avoir un corps et une immunité forte, le gingembre a toute sa place. Personnellement j’utilise beaucoup le gingembre, chaque jour en automne-hiver, un peu moins l’été (ou alors en sirop/tisane froide).

J’utilise beaucoup le mélange ail-oignon-gingembre. Il existe dans certains magasins asiatiques un mélange de ces trois ingrédients comme le montre la photo. C’est particulièrement bon dans une soupe miso, mais aussi dans nombre de plats. C’est particulièrement simple d’utilisation et puissant pour renforcer l’organisme et l’immunité.

.

4/ Le champignon shiitake

Voici un champignon que je consomme beaucoup depuis 20 ans. La culture asiatique, vous l’avez compris me plait et ce champignon est remarquable, tant au niveau santé qu’au niveau texture et goût. Cultivé principalement en Asie, Chine (87% du marché mondial), Corée et Japon, le nom shiitake est celui Japonais. Il est le second champignon le plus produit et consommé au monde derrière le champignon de couche (type champignon de Paris). Le moment de la cueillette est important, car cueilli trop tard il devient plat et fin et perd de sa texture et de son goût. L’idéal est un champignon charnu.

Le pied est fibreux et à Taiwan on peut acheter uniquement les pieds séchés, il faut alors les réhydrater et les cuire longuement et cela est remarquable, car cela ressemble ensuite avec au bœuf bourguignon…

Il est aujourd’hui possible de le trouver frais en magasin Bio et aussi dans certaines grandes surfaces. Cependant lorsque nous l’achetons séché puis que nous le faisons réhydrater, nous obtenons un champignon avec plus de goût et avec une chair qui sera plus riche en liquide dans la préparation culinaire. Quand on mâchera le morceau de champignon on aura alors le jus en bouche…

Le shiitake contient 75% de glucides et 9% de protéines et seulement 1% de lipides. Le shiitake contient la molécule Lentiname, substance pour laquelle on attribue les bienfaits santé du champignon. Au Japon et en Chine le lentiname est considéré comme un médicament et utilisé pour stimuler l’immunité.

Il est possible de profiter des bienfaits de cette substance en mangeant actuellement souvent du shiitake. 2-3 champignons sont suffisants pour une journée. Il faut le manger cuit et éviter cru car il peut alors provoquer une dermatite (problème de peau)

Comment le consommer ? Si vous l’achetez sec, le faire réhydrater dans de l’eau chaude. Ensuite le presser un peu et le faire cuire avec des aliments. L’idéal est une recette avec du jus, une soupe, car il se gorge du liquide. Ce n’est pas un champignon que l’on cuisine comme le bolet… c’est un champignon que l’on mélange aux légumes, soupe, en entier ou gros morceaux.

.

5/ Le thym et la sarriette

Originaire de la méditerranée, le thym était déjà utilisé pas les Egyptiens pour embaumer les morts. Les Grecs le brûlaient dans les temples comme on brûle de l’encens alors que les Romains l’avaient consacré à la déesse Vénus. Son nom viendrait du grec Thumos qui veut dire « odeur ». On trouve le thym commun (thymus vulgaris), le thym citronné (thymus citriodorus) et le serpolet (thymus serpyllum). Le thym contient des huiles essentielles avec les composants Thymol, carvacrol, cinéol, bornéol et aussi des flavonoïdes et des tanins.

Les principaux effets :

Antiseptique

Tonique

Décontractant musculaire

Expectorant

Vermifuge

Le thym selon certaines études permet de lutter contre le vieillissement.

Le thym est traditionnellement utilisé lors de problèmes respiratoires comme les bronchites, les infections bénignes de la gorge et des bronches. Il est possible de mâcher les feuilles fraiches en cas de mal de gorge.

Le thym est aussi utilisé lors da période des rhumes des foins.

Le thym est simple d’utilisation, on peut bien sûr en faire une infusion, mais il est délicieux dans une salade, dans une sauce tomate, des légumes, des galettes végétariennes, une omelette…

.

Conclusion

Voilà une série d’aliments qu’il est facile de trouver et consommer. Sachant que nous mangeons deux repas par jour, il possible de manger de l’ail, de l’oignon deux fois par jour, du gingembre et du thym une à deux fois par jour et des champignons shiitakes 3 à 5 fois par semaine.

Bien sûr d’autres aliments sont bénéfiques pour la santé, comme les bonnes huiles d’olive, colza, lin ou de coco. Les épices aussi sont saines à la santé. Les légumes sont tous nos amis. Les noix sont également bénéfiques… Tout ce qui n’est pas transformé par l’industrie est globalement sain.

C’est l’opportunité avec cette crise du Corona virus de comprendre, prendre conscience que manger n’est pas anodin, ce n’est pas zéro… Nous pouvons penser à ce que l’on va manger, cuisiner, comment cela va impacter positivement notre santé. Ce n’est plus le temps des fastfoods…du sous vide…du tout prêt. Cette crise nous permet de nous réinvestir dans l’acte de cuisiner et manger. C’est finalement un possible retour à l’essentiel…

Pendant que je rédige cet article je découvre que la pollution a tellement baissé en chine, que le nombre de vies épargnées par cette baisse est bien supérieur au nombre de morts par corona virus…

Je découvre aussi que les canaux de Venise pour la première fois depuis des décennies redeviennent clairs, les poissons et les mêmes les dauphins reviennent dans la lagune. Les gens entendent les oiseaux plutot que les touristes... !

La nature se ressource…se régénère par notre inaction… c’est aussi le bon moment pour chacun de nous et collectivement de nous ressourcer (retourner à la source (de la santé et de la vie)), de nous régénérer…

Crise vient de Crisis, qui veut dit carrefour et choix…

Nous découvrons comment notre activité, notre fuite en avant pour toujours de plus d’action, de consommation, d’utilisation de ressources nous a éloigné de l’essentiel et comment cela a impacté négativement l’écologie et nos vie.

Ce qui arrive arrive…mais ce qui arrivera est encore un potentiel… c’est le moment de choisir sans doute un meilleur futur, de meilleures conditions de vie, de travail, de relations, de nutrition, de santé…

En attentant, un immense merci à ceux qui travaillent pour assurer notre santé, notre sécurité, notre alimentation, le transport des marchandises...

Hervé M Liu